Ask @LaMxelle:

-

Si on m'avait demandé, il y a quelques temps, quels étaient mes rêves, mes envies, ce à quoi j'aspirais, j'aurais pu leur dérouler des pages et des pages de souhaits. Des pages remplies de songes, de couleurs, de senteurs d'ailleurs. Des pages joyeuses, traduisant ma soif du monde, ma soif de voyage, d'images, d'odeurs lointaines. J'aurais pu expliquer pendant des heures ces souhaits, les détailler dans tous les sens, en parler encore et encore. J'aurais aussi pu m'attarder sur cette joie de vivre retrouvée. Sur ce sourire qui prenait place, plus souvent qu'a l'accoutumée, sur mes pommettes quelques peu dégrossies. J'aurais pu laisser mon esprit divaguer, ma tête s'emplir un peu plus de fantasmes. "J'aurais pu", triste temps que j'utilise ici; le passé. Vous savez ce temps révolu, celui qu'on sait qui ne reviendra jamais. Passé, présent, futur; c'est le déroulement d'une vie. D'une vie joyeuse avant, dans le passé. D'une vie qui s'assombrit, qui revêt un manteau de doute. Ce même manteau épais qui écrase les épaules, qui fragilise la colonne, qui fait vriller les rêves, s'envoler les envies.

View more

Next