Vas y débonde ton coeur ! Cris, hurle, dis moi tout ce que tu penses savoir, ou pas. Dis moi ce que tu penses de moi et du monde. Dis moi, tout le monde juge ne fait pas l'innocent(e).

Plume
Le pire, le pire putain c'est de s'auto-saboter. C'est d'en être conscient sans parvenir à en sortir. C'est refouler toutes ces ignominies sans savoir les cracher. C'est se servir de tout élément contre soi et finir par le regretter. C'est quand ça se répète, tous les jours, tout le temps, quand vous avez l'espoir que ça cesse mais que ça recommence inlassablement. C'est quand ça fait tellement mal à l'intérieur que vous sentez le besoin irrépressible de vous saborder à la surface, de laisser des traces, pour vous punir, pour vous souvenir, pour laisser la pulsion de mort s'assouvir. C'est quand vous avez hâte que la fatigue vous fasse vous écrouler pour arrêter de remuer ce flot de pensées qui vous humilie, pour arrêter d'une nouvelle fois vous faire saigner, pour vous préserver, pour vous reposer, pour vous évader. C'est quand vous préféreriez vous réveiller dans 6 mois parce que nerveusement, vous êtes tellement épuisé. C'est quand parfois vous êtes à deux doigts de vous jeter sous une bagnole ou du haut d'un pont tellement ça en devient insupportable.
Mais tout ça, personne ne le sait, parce que ça sort pas, parce qu'ils pourraient pas comprendre, parce que toute cette haine vous la gardez, vous la remuez, vous en avez la nausée, mais vous ne parvenez jamais à la gerber. Et elle vous aspire, et elle vous ronge, elle vous détruit.
Et vous voudriez juste que quelqu'un vous enlève de vous-même, vous sauve de ce truc qui vous emprisonne, qui vous empoisonne. Mais personne ne vient, alors vous croupissez derrière les barreaux de votre âme.