Ask @MeistarSprache:

(Proposée par un.e anonyme) Quels sont les albums de musique que tu peux écouter d'un bout à l'autre avec plaisir sans passer de chanson ?

FSIQA
Huh, ce serait long et chiant d'être exhaustif, je vais m'attarder sur ceux que j'écoute en ce moment :
• Southern Soldier, de la 2nd South Carolina String Band
• First Night Back in Port, de Ye Banished Privateers
• XXV, des Jolly Rogers
• Written in Salt, de The Longest Johns.
• la BO de Red Dead Redemption 1

View more

Je sais plus trop, j'avais eu un cours là-dessus et on n'avait vu que des pronoms mais le prof il était méga flou et j'ai pas trouvé de référence à ça dans la biblio qu'il avait donnée.

BIBLIOPHIL COLLINS
Je suis parti voir dans la Grammaire méthodique du français, et j'ai trouvé une section sur les constructions datives. La GMF en dénombre 4 types en français :
> le datif lexical : l'objet datif a un rapport sémantique au sens lexical du verbe. C'est le cas classique du « J'ai donné de l'argent [à mon ami] » pour les verbes de transfert, ou « Le livre est [sur la table] » pour les verbes locatifs. Le premier est paraphrasable par [objet datif pronominalisé] + avoir + [COD] = « Je [lui] ai donné de l'argent » ; et le second par [COD] + être + préposition locative + [objet datif] = « Le livre est [sur la table]. ».
> le datif étendu : l'objet datif n'est pas attendu par les propriétés lexicales du verbe. Tu l'ajoutes pour évoquer une personne indirectement intéressée par l'action décrite. Par exemple : « Il [m']a encore sali son blouson » où 'salir' n'appelle pas de COS, mais le [me] sert ici à indiquer que la personne désignée est intéressée par l'action (c'est cette personne qui va devoir laver le blouson).
> le datif éthique : il ne concerne que les pronoms de la deuxième personne. Il s'interprète comme une invitation directe, une prise à témoin de l'interlocuteur à s'investir affectivement dans l'action décrite. Le GMF donne un exemple que je trouve peu naturel : « Il [te] lui a filé une de ces gifles. ». Quoique, je crois avoir déjà entendu ce type de construction, genre « oh, ce que je [te] lui ai mis ! ».
> le datif de la tonalité impliquée / datif partitif : il identifie le tout lorsqu'une de ses parties fonctionne comme objet direct ou indirect : « Pierre [lui] serre la main » (= Pierre serre la main à quelqu'un). La GMF rajoute : « En vertu de la solidarité entre le tout et ses parties, cette construction fait du tout (ailleurs identifié par une construction prépositionnelle ou possessive : [la main de Pierre] / [sa main]) un nouvel actant (syntaxiquement « oblique ») affecté par le procès portant sur ses parties. ». J'ai du mal à le saisir celui-là, mais je crois comprendre à peu près. 🤔

View more

+5 answers in: “Pourquoi datif ? :O (qu'est-ce qu'il a fait de mal ?)”

Mais y a pas des datifs trop bizarres en français, genre datif d'intérêt ?

BIBLIOPHIL COLLINS
Ah oui, pas faux! Mais je ne crois même pas que ça ait une dimension sémantique dedans. Il me semble que ce sont les compléments d'objet qui sont sémantiquement datifs, mais sans préposition dans la phrase. Le seul exemple qui me vient en tête, ce sont les pronoms 🤔 genre "il [leur] a parlé".

View more

+5 answers in: “Pourquoi datif ? :O (qu'est-ce qu'il a fait de mal ?)”

(Proposée par @Evalrin ) Si d'un claquement de doigts tu pouvais avoir n'importe quel diplôme et mes connaissances/compétences associées, lequel serait-ce ?

FSIQA
Hmmm, un master en Histoire spécialisé soit dans l'Europe médiévale (avec un focus particulier sur la France, ofc), soit dans l'Arabie antéislamique!
Ça me ferait un bon bagage pour m'atteler ensuite à la philologie et à la linguistique diachronique.

View more