salle commune, alors, sa cigarette terminée à l'entrée du château, il s'approcha, un sourire en coin posé sur les lèvres. Devant elle, qui semblait perturbée, il la regardait.*-Daphnée... Tu.. M'as tant manqué.

Isaac Marteen.
Une douleur aiguë traversa ma poitrine, et certainement mon regard. Je ne l’aimais plus, non, seulement notre histoire était devenue chaotique. J’avais tant souffert de ses absences, qu’il ne réponde pas à mes lettres, de me retrouver dans ses bras à chaque fois qu’il revenait.. et puis.. plus rien. D’un coup. On s’était quitté sans un mot, au fur et à mesure, j’avais arrêté de lui envoyer des lettres, je me faisais une raison. J’avais terriblement souffert, oui. Et le voir là, devant moi, avec son sourire et son «tu m’as manqué», comme à chaque fois... ça me rendait malade.
- Je t’ai... «manqué»? Je t’ai manqué, tu dis? Comme tu oses me dire ça après des mois d’absences, des mois de ruptures alors que tu n’as JAMAIS répondu à mes lettres? Tu es vraiment gonflé. T’es vraiment un...
Je serres les dents, passant du tout au tout, la haine et la rancoeur déformaient les traits de mon visage d’habitude presque doux, faussement angéliques. J’aurai pu décrocher la lune pour lui, j’aurai tout fait, tout, absolument tout. Et lui avait arraché mon cœur pour le réduire en miettes. Il était hors de question qu’il revienne dans ma vie.

*Le jeune blond observait Daphnée, la seule qu'il avait su aimé. Et là.. Tout ce qu'il se prit n'était que la réalité, d'ailleurs, son visage changea du tout au tout. Il devint alors plus froid, plus distant, blessé, il sentait tout s'écrouler sous ses pieds. Comme si il venait alors de tout_

-

perdre en un seul instant. Daphnée, par Merlin, qu'avait-il fait. Comment allait il réparer ses erreurs ? Enfin... Si elles pouvaient être réparés.* -Oui. Oui tu m'as manqué Greengrass, pas un seul instant je n'ai cessé de penser à toi. Pas un seul instant je n'ai pas pensé à nous ! _

-

*Il commençait alors à hausser la voix, puis, il recula légèrement. Des lettres ? De quoi parlait-elle enfin ?* -Je n'ai jamais reçu de lettre de ta part Greengrass, d'ailleurs, là où j'étais, je ne pouvais en recevoir. Un quoi ? Vas y, termine donc ta phrase ! _

-

*Avant de poursuivre, il souffla et prit le temps de replacer une mèche de cheveux.* -Daphnée, je suis désolé... J'aurai tant aimé être à tes côtés.. Si tu savais.. J'aurai préféré être avec toi, plutôt que vivre ce que j'ai vécu..

Je fronces les sourcils. Se fichait-Il de moi, encore ? Ou n’avait-Il vraiment pas reçu mes lettres ? J’étais dubitative, me contentant de le fixer avec un regard courroucé. Des larmes menaçaient de jaillir à chacune de ses paroles, qui me poignardaient le cœur. J’étais soulagée de le savoir en vie, en bonne santé, je ne lui voulais pas du mal ceci dit, au contraire. Il avait compté pour moi et jamais je ne cracherai sur son compte. Seulement voilà... ma fierté me retenait de le prendre dans mes bras, de lui dire que lui aussi m’avait manqué mais que maintenant c’était trop tard..
- Tu te fiches de moi!? J’ai passé ma vie à t’écrire, tu vas me dire qu’elles ne te sont jamais parvenues!? Tes excuses ne marchent plus, Isaac. Tu m’as brisé le cœur, et je n’ai pas de honte à le dire, tu m’as piétiné. J’aurai tout fait pour toi, mais tu ne m’as jamais tenu au courant , et là tu reviens comme une fleur? Je ne veux rien avoir à faire avec toi..

*Cette fois, c'en était trop, Isaac semblait sur le point de céder, de laisser tout ses sentiments l'envahir, l'angoisse, la peur, la tristesse, la colère. Et encore tant d'autres à énumérer. Il la fixait, elle qui semblait fragile, quand elle montrait qu'elle tenait à une personne.*_

-

-DAPHNEE ! Je ne me fiche pas de toi, jamais je ne pourrai faire cela enfin ! Je n'ai jamais reçu tes lettres je ne sais même pas de quoi tu parles ! Je reviens parce qu'enfin je peux revenir ! Parce qu'enfin, j'ai à nouveau ce sentiment de liberté ! *Il ferma les yeux, chancelant, il devait se_

-

se ressaisir. D'ailleurs.. Ces derniers mots, qui lui brisaient le coeur.. Signifiaient ils qu'elle avait trouvé quelqu'un d'autre.. ? Il priait que non, il priait qu'il puisse la récupérer, à nouveau tout faire pour l'avoir, pour la protéger, l'aimer, mieux qu'il ne l'a jamais fait encore*_

-

-Daphnée.. Daphnée, je t'en prie, écoute au moins ce que j'ai à te dire.. Je n'ai jamais voulu cela, je te le jure.. Je n'étais pas ici, pas en Angleterre, je n'ai jamais rien reçu.. Je suis revenu.. Pour toi.. *Il n'avait qu'une envie, fuir, mais il ne pouvait pas, pas lui faire ça encore..*

Les curieux s’en étaient allés sous notre colère partagée, surtout sous mon regard noir qui leur intimait clairement de dégager. Je déglutis, il était revenu pour moi.. pour moi.. cette phrase résonnait douloureusement dans ma tête. Comme une horrible mélodie, pourquoi moi, pourquoi maintenant Isaac...
- Alors où étais-Tu!? Quand j’avais désespérément besoin de toi où étais-Tu!? Quand tu me jurais éternité, amour, et tout ce qu’il s’en suit ! J’ai passé des mois à t’attendre, à pleurer, à angoisser, maintenant c’est finit...
Mon regard vitreux se tournait vers le feu, pour éviter de craquer face à lui.
- Si tu es revenu pour moi tu peux aussitôt repartir....
Murmurais-je d’une voix faible et cassée, car c’était douloureux.

*Il regardait tout le monde s'en aller. Partir.. Alors il n'avait plus aucun doute, elle avait retrouvé l'amour. Quelqu'un qui aurait le temps de prendre soin d'elle. Quelqu'un qui saura la combler. Quelqu'un qui ne partira pas dans une mission difficile pour Lord Voldemort. Car oui, il était_

-

il était partit pour une mission. Il avait même eu ordre de n'en parler à personne. Et encore moins Daphnée que toujours il aurait protégé. Il déglutit, laissant une larme rouler sur sa joue.* -J'étais.. En Allemagne. Pour le Maître. Et je devais obeir. Pour ton bien. Mais Daphnée, si tu_

-

désires que je m'en aille, je le ferai. Pour ton bien. Je suis tant désolé.. De t'avoir fait souffrir. Tu ne méritais pas cela. Je n'avais qu'une envie, te protéger, mais je pense m'être trompé en agissant ainsi. *Il tourna les talons, prêt. Prêt à s'en aller définitivement. Quelle douleur.*

Je poses une main sur ma bouche, l’écoutant. Peu de temps après, j’éclate en sanglots, ne pouvant les réprimer plus longtemps. J’avais l’impression qu’on lacérait mon cœur, j’avais mal, si mal. Au ventre, à la poitrine. C’était tout simplement horrible d’avoir aimé une personne si fort pour la première fois et de la voir maintenant revenir, dans de telles circonstances..
- Tu comptes partir.. encore?
Avais-je réussi à articuler entre deux sanglots.

*La vision de Daphnée pleurant était des plus atroces. Il l'avait perdu. Et ça il ne pouvait plus nier. Maladroitement, avec ce qu'il se passait, il vint la prendre dans ses bras, il la serra contre lui, humant cette odeur qu'il aimait tant.* -Je ne partirai pas... Pas si tu ne le veux pas.. _

-

Mais à quoi bon rester si tu ne veux plus de moi Daphnée ? J'ai tout gâcher. Tout ! Et jamais.. Jamais je ne me le pardonnerai.. Je suis tellement désolé..

Je le laisse me prendre dans ses bras, et finalement, le serre. contre moi comme si c’était la dernière fois. J’étais simplement soulagée de le revoir, de le prendre dans mes bras, même si rien ne serait plus pareil. C’était un étreinte «d’amis» pour moi, car je ne l’aimais plus, non.. Mon cœur appartenait à Drago, désormais.
- Je veux pas que tu partes si c’est pour risquer ta vie. J’ai.. je... rien ne sera plus comme avant, Isaac. C’est certain, je n’ai plus d’amour à te donner, mais je suis contente que tu sois en vie..

*Un sourire triste s'étala sur ses lèvres. Quelques instants, il ferma les yeux. La dernière fois qu'il la prenait surement dans ses bras. Il passait du statut de petit ami, à ami. Dur à encaisser. Quand il faisait tout pour elle. Alors, malgré ses mots, il déposa un baiser sur les lèvres de_

-

Daphnée, un dernier baiser. Le blond sécha ses propres larmes. Il était ridicule dans cet état. Il s'écarta de la blonde.* -Ne t'inquiète pas pour moi Greengrass. Prends soin de toi surtout. J'ai été.. Heureux de partager ces moments avec toi.. Vraiment.

Les larmes continuaient de dévaler mes joues j’étais triste, si triste. Que cela se termine ainsi, si douloureusement alors que nous aurions pu faire les choses bien. Seulement cette faiblesse n’était pas feinte, et il me fallut un quart de seconde pour repousser gentiment Isaac quand ses lèvres se posèrent sur les miennes. Gênée. Mes pensaient se tournèrent vers un certain blond... que dirait-Il s’il nous avait vu ? Il aurait certainement explosé alors qu’aucune ambiguïté n’était présente de mon côté. Je continuais de me fixer les joues humides, ne trouvant pas la force de calmer mes pleurs.
- Moi aussi... Isaac... Je ne voulais pas que ça se termine comme ça...