-

Ce soir j'ai eu envie de vous proposer quelque chose de nouveau. Je veux essayer quelque chose dans le but de vous noyer dans les émotions. Je veux tenter l'association de deux moyens de ressentir intensément: la musique et les textes. C'est pourquoi je vous demande de lire le texte qui suivra en écoutant cette chanson. Prenez votre temps, suivez la ponctuation, mettez vous en rythme avec le texte. C'est un essai, j'espère que celui-ci ce révélera convaincant. S'il vous plait, attendez bien que la musique aie commencé. Bonne lecture.
https://www.youtube.com/watch?v=iO_soSHgZsM
Allongés sur l'océan. Le ciel gris pleure sur le monde, répandant sa peine. Pas un brin d'air ne plisse la surface de l'eau. Pas un son ne nous parvient hormis la chute des gouttes de pluie sur la mer.
Mes cheveux trempés collent à mon front, nos corps nus enlacés partagent leur chaleur, tentant désespérément de se réchauffer l'un l'autre, tandis que le froid nous gagne lentement.
Je ne sais, ne sais pas pourquoi nous sommes ici dans l'attente de notre fin.
Mais mes mains caressent lentement ton ventre. Du bout des doigts, plus légers que l'envol d'un papillon. Je sens frémir ton abdomen. Je remonte jusqu'à tes seins, aussi patiemment que la graine qui attend le retour du printemps pour germer.
Ma main se pose sur ton mamelon droit afin d'en épouser la forme parfaite. Il est doux et ferme, enivrant de désir. Mon dos quitte la surface limpide et glacée qui nous porte, mes lèvres viennent rencontrer les tiennes en une étreinte passionnelle. Et tandis que la bruine dégouline sur mon dos en mouvement, mon corps viens protéger le tien du ciel, sans jamais que nos bouches amoureuses ne se quittent.
Tes gracieux bras viennent enserrer mon dos, faisant frissonner mon être d'une puissante extase. Et alors nos mains parcourent les sentiers de nos corps, tandis que nos langues dansent en harmonie. Les traits de ton visage, les courbes de ton corps, le grain de ta peau, tous fixés dans ma mémoire, comme un paysage magnifique dont on se souviendrait éternellement.
La raison me quitte, submergée par le désir et le plaisir qui m'envahissent corps et âme; mes lèvres abandonnent les tiennes pour s'attaquer à ton cou, mordillant et léchant ta peau blanche comme la neige, parcourant ton corps, descendant lentement jusqu'à tes seins durcis par mes caresses.
A nouveau, ma langue danse sur ta poitrine, tandis que ton dos se cambre et que ton souffle se saccade de plaisir. Tu plantes tes ongles dans la peau de mon dos lorsque mes mains descendent à ton intimité. Et longtemps, longtemps mon corps parcoure le tien, tremblant, frémissant à mon contact.
Et alors que ma bouche remonte embrasser tes lèvres et que j'entre en toi, la chaleur de la passion, brulant en notre fusion, vient chasser le froid envahissant de la mort, comme d'ardentes braises réchauffent un corps en hiver.
Et notre corps s'embrase, dans les frissons de plaisir.

View more