-

Jake n'est plus...
Pour A et J.
L'aube pointait au loin, au-dessus des sommets des immeubles de la ville endormie. Le froid nocturne hantait encore l'air et quelques étoiles parsemaient encore timidement la voute céleste. Ma main dans la tienne, nous déambulions paisiblement dans les rues calmes, sans échanger un seul mot. L'ivresse de cette folle nuit quittait peu à peu nos veines, laissant la fatigue s'installer lentement dans nos esprits.
Nous avions passé la nuit à boire sans jamais nous saouler, buvant à même la bouteille le liquide enivrant, courant dans la ville tels chien et chat en un jeu de séduction et de chasse sans fin.
Mon rire ne cessait de résonner entre les façades des bâtiments, volant dans la nuit tel les éclats de cristal lorsque le verre se brise au sol, tandis que tu me courrais après pour venir m'enserrer dans tes bras.
Puis tu étais entré dans une boite de nuit, me tirant par la main, le sourire aux lèvres et la joie dans les yeux. La musique envahissait mon esprit, renforçant mon impression d'ébriété, me noyant dans un tourbillon de bonheur encore plus intense, sous le feu des lumières multicolores de la boite de nuit. Nous avions acheté une bouteille de champagne pour fêter notre anniversaire, nos 1096 jours de couple, avant de nous diriger sur la piste de danse pour laisser notre énergie s'exprimer. Malgré le ridicule de nos mouvements, pas une seule seconde le sourire n'avait quitté mes lèvres. Après plus de deux heures à danser l'un en face ou contre l'autre, nous finîmes par n'en plus pouvoir et quittâmes les lieux pour finir notre bouteille en un lieu plus calme, main dans la main.
Nous nous étions donc allongés sur l'herbe fraiche d'un parc situé à quelques rues d'ici, entre les grands arbres sombres, sous le ciel enflammé d'étoiles. Je m'étais alors blottit contre toi, le visage dans ton cou, tes bras rassurants me protégeant du reste du monde. Je sortais régulièrement ma tête de sa cachette pour quémander de langoureux baisers, avant de replonger dans la chaleur de ton corps, tandis que tu me susurrais des mots amoureux dans l'oreille.
C'est alors que j'avais ressentis cette vague, ce tsunami. Un véritable ouragan se déchaina en moi, retournant mon esprit, chavirant mon cœur, comprimant ma poitrine et retournant mes tripes. Des sanglots convulsés me prirent le corps, accompagnés d'un flot de larmes acres et salées. Tu me regardais de tes beaux yeux inquiets et étonnés sans savoir quoi dire. C'est alors que le plus sincère des sourires naquit sur mes lèvres. J'étais heureux. Enfin heureux. Tu m'avais sortis des ténèbres et m'avait amené dans cette euphorie totale. Et pourtant je venais seulement de me rendre compte d'une chose, après trois ans passés ensemble. Je ne pensais pas ressentir cela un jour dans mon cœur. Voilà donc ce que c'était... Plus que tout au monde je ressentais le besoin de partager cela avec toi. Je prenais une grande inspiration avant de prononcer ces quelques mots si étranges...
"Je t'aime."

View more