En qui as-tu le plus confiance dans ta vie ?

Apres tout ce temps de réflexion je suis de retour
J'espère que tu es mieux préparé
Plus mes mots te cogneront moins ils feront de détour
Je ne sais si le temps pourra te réparer
Ça t'arrivais de regarder autour de toi ?
Voir la nature si belle contraster par notre perversion
On recrache notre puanteur comme les putois
Ouvre les yeux tout le monde cours a la dérision.
Maintenant que tu m'écoutes blottit dans la pénombre
Je ne fais recours a aucune diversion
Même si tu seras sujet a divers lésions
Cette partie ne sera que de la bile et des ombres
Tout est la pour préparer ton aliénation
Déposséder de tout moyen tu vas t'étouffer
Mais avant il faut torturer ton esprit
Tes yeux s'ouvriront et ça sera insupportable
C'est probable que tu cries a la sainte Marie
Je te prépare une concoction improbable
Acide et parties d'anatomie dans un bain marie
Le désarroi règne, je fais frémir tout tes sens
Toute cette chaleur que j'attise avec de l'essence
J'aspire petit a petit toute ton essence
Tu me demande encore la raison de ta présence
Je te conditionne et t'immerge dans des tourments
Te voila en compagnie de cet amant
Aimant et chérissant ce qui tarie
Je raconte a tout le monde ce qui t'arrive
De quelle durée sera ta survie ?
Maintenant je t'expose quelques images
Que je vais dessiner avec des mots
L'imagination est pire et tu n'auras pas de mirage
Tu vas avaler tout ce qu'il y aura dans l'étau.
Pour le savoir on découpe des gens vivants
On experimente sur les malchanceux
On écrase les faibles car c'est jouissant.
Les squelettes sont les cobayes de quelques produit médicamenteux.
Agonisant en attendant le sauveur
Un peu de propagande et d'espoir en guise de saveur
Agonisant on voit leur cotte.
Remémore tes vacances aux cotes
Tu vois ça commence a être amer
Oublie la tranquillité de la mer
Et baigne toi dans tout ces vices
Tu n'auras pas de remède pour toutes ces blessures
Allonge toi, avec mon marteau j'enfonce des vis
Ceci est ma création, la soeur de l'acuponcture