que t'es t-il arriver?

Seul on ne fait pas la paix
Je découpe les sons et je tâche les lettres
Puit abyssal inépuisable sans arrêt
Je modélise le portrait de l'abstrait peut être
Je te crible de mot avec ma kalachnikov
La rage dans les veines, le sang pleins de poliakov
Ces lignes t'embrases tel un molotov
je suis de la ligné des Kassianof
Je sème l'incompréhension tel Poliakoff
Qu'importe le lieu, le cerveau est mon foyer
Pas besoin de quittance, ni de loyer
Je suis libre jusqu'au tréfonds de mon esprit
Mon monde est l'imagination du génie
Présent dans mes gênes de guerrier
Où sainteté et satanisme sont la source
Mélange homogène qui décuple mes facultés
La haine et l'amour font la course
Mitigé entre destruction et renaissance
La folie s'empare de la puissance
On laisse dominer les meilleurs arrangements
Tentation du plaisir sans dérangement
Je suis la dérogation de ces légendes
J'associe plaisir et morbide
Comme cet homme pendu à sa guirlande
Mais il faut tout faire disparaître avec de l'acide.
Mon aura est attirante et mon mojo est dévastateur
Tu peux me regarder mais impossible de m'effleurer
Je suis hors de cette foule de prestidigitateur
Délire démesuré, j'entends le rire diabolique de ses pleurs
Mon sang s'échappe pour s'imprégner
C'est comme cela que ma rage se modélise
Abbatre l'espoir, éveiller vos hantises
Ceci est mon desseins
Je ne suis qu'un brouillon de mes foutus dessins