Ask @wzgler:

-

Tu penses que c’est possible d’oublier ? parce que l’autre jour, ils nous ont rappelé que notre cerveau n’oubliait jamais rien. Que c’était juste rangé dans de différentes cases – et je crois que tu étais un peu partout –, puis si un jour on pensait ne plus souvenir de quelque chose, c’est qu’on ne cherchait pas assez.
Et ce jour-là, je m’étais tout pris en pleine figure. Tous mes espoirs de ne plus y penser avaient volé en éclats, et c’est compliqué de voir tout ça s’écrouler quand tu avais pris tant de temps à le construire, tu sais. J'ai eu envie de tout jeter ; bien que ça n'arrangeait rien, c'était ma vie que je voulais voir passer par la fenêtre.

View more

Haine.

On se hait. On se déteste par principe, parce que c'est comme ça et pas autrement et que ce ne serait pas humain d'apprécier ne serait-ce que quelque chose chez soi. Et on pleure, en dépit de ce que l'on n'a pas au lieu de sourire pour ce que nous possédons déjà. Alors moi je voudrais bien crier au monde entier qu'on ne pourra pas se changer et que ça ne sert à rien de se détruire continuellement jusqu'à ce que mort s'en suive parce que la voisine du troisième ou le dernier homme que l'on eut croisé au coin de la rue en avaient fait de même. J'aimerais bien vous dire que l'annihilation de toute partie encore vivante en nous n'effacera jamais ce qui est ancré dans le noir, dans le blanc, dans le bois et même dans le bitume. Que c'est ainsi et que nous ne pourrons jamais changer le passé ni même le présent — encore moins le futur. Même la conviction et la force du monde entier ne suffiraient pas.

View more